#1 Voss-le paradis du kayakiste


Voss (petit point rouge sur la carte), pour la plupart des gens ce nom n’évoque pas grand-chose, si ce n’est parfois une marque d’eau minérale!

Mais lorsque vous vous immiscez dans l’univers des passionnés d’eau vive, de parapente, de ski et d’adrénaline en tout genres, la seule évocation de cette petite ville nichée au milieu des montagnes Norvégiennes illuminera les visages!

Au-delà d’être l’un des terrains de jeux des plus privilégiés au monde pour la pratique des sports extrêmes, Voss représente, tout du moins au premier abord, une nature magnifique grandiose et préservée.

Mais cet écrin de verdure de montagne et de neige est-il réellement « intouchable »? Ce secteur regroupant plusieurs dizaines de rivières toutes plus splendides les unes que les autres a vécu sa plus forte canicule depuis que les températures sont enregistrées, provoquant ainsi des restrictions d’eau, chose impensable pour cette région du nord de l’Europe.

Serait-ce les prémices de l’arrivée du changement climatique?


Nous vous proposons de découvrir ensemble cette région, en allant à la rencontre des acteurs locaux : scientifiques, kayakistes, Elus et habitants.

Nous tenterons de comprendre quelles sont les problématiques et les challenges qu’engendre le changement climatique dans ces régions du Nord de l’Europe.

Une eau bleu azur potable de surcroît! 

#2 Doubs – Une histoire d’eau

La goutte d’eau qui circule depuis la source du Doubs a déjà parcouru plus de 50 km en arrivant à Besançon!

En chemin, elle passera par le barrage de la Malate, mythique vague pour les kayakistes du monde entier!

Voilà une petite vidéo de Marlène qui surf la vague de la Malate.

Cette énorme vague ne fonctionne qu’en période de crue. Pour vous donner une idée le débit moyen du Doubs est de l’ordre de 40 m3/s, le paradis des kayakistes commence à partir de 300 m3/s!

2018 était une année record, aussi bien pour la crue de début d’année où le Doubs à atteind 1000 m3, que pour cette longue période de sécheresse observée de juin à octobre où le Doubs était à 4 m3/s… 

Des variations de niveaux d’eau allant de 6 à 1000 m3/s sur le Doubs pendant la saison. 

Les rivières sont en étroite relation avec les sources et les eaux souterraines. Lorsque l’eau est basse dans un fleuve, les nappes sont moins alimentées, le niveau baisse…

Les sources se tarissent sans pluie…

A Besançon, la source d’Arcier, à coté de la Malate, qui alimente plus de 50 000 habitants a vu son débit diminuer pendant la sécheresse entre juin et octobre 2018… Doucement mais sûrement…

Heureusement d’autres ressources existent pour subvenir aux besoins des habitants de la communauté d’agglomération du grand Besançon! Savez-vous lesquelles?

La suite au prochain épisode 😉  

#1 Doubs – Une histoire d’eau

Le Doubs prend sa source à Mouthe dans le haut Doubs en Franche-Comté, il serpente d’abord, passe par le lac de Malbuisson puis prend du volume et devient de plus en plus large en passant par Montbéliard… 

En chemin l’eau peut prendre différentes directions en restant dans le lit du Doubs ou en s’infiltrant dans les innombrables fractures calcaire du sol. 

Marlène nous montre une fracture du calcaire dans le lit du Doubs asséché

Certaines fractures sont plus importantes, ces trous dans le sol sont appelés pertes. L’eau s’y engouffre et circule ensuite dans des « conduits » souterrains! C’est le cas entre Arçon et Morteau. 

L’année 2018 fût particulièrement sèche de mai à octobre… Petit à petit le Doubs à vu son débit diminuer. L’eau du Doubs s’est infiltrée plus qu’elle ne pouvait circuler dans son lit entre Arçon et Morteau… Et la rivière s’est asséchée sur une section de 10 km. 

Nicolas en kayak dans le lit du Doubs asséché à Arçon

L’alimentation en eau potable dans ce secteur a été problématique pendant cette période. Les habitants ont été alimentés par camion citerne. 

Il a été demandé aux habitants et aux entreprises de réduire leur consommation en eau afin de préserver la ressource.

Une situation qui se reproduira dans les années futures.  Des actions devront être mise en place bien en amont pour éviter cette situation… Interconnexions pour l’eau potable entre collectivités, recherches de nouvelles ressources… Les solutions existent… Nous les développerons plus tard avec l’aide de spécialistes dans notre reportage. 

Pour bien commencer l’année 2019

Nous vous proposons une petite vidéo de la Haute Loue avec un départ en kayak dans la célèbre grotte!

Sous 50 mètres de calcaire, l’eau se fraye un chemin et émerge des profondeurs de la terre.

Le saviez vous? La loue s’écoule sur les départements du Doubs et du Jura en Franche-Comté. La Loue a inspiré le grand peintre Gustave Coubert!

La source de la Loue par Gustave Coubet 

La source de la Loue est une résurgence du Doubs.

C’est à dire? La rivière du Doubs plus en amont s’écoule de Pontarlier vers Morteau et sur son chemin elle s’infiltre en partie dans le calcaire plus ou moins fracturé. Cette eau circule dans des galeries souterraines. La pluie du plateau vient également alimenter cette eau souterraine. Après un circuit d’une quinzaine de km l’eau trouve la limière du jour dans la grotte de la Loue. C’est ainsi qu’est alimenté la source de la Loue. 

Embarquez avec nous sur les cascades de la Loue dans le Doubs! C’est parti 😉 https://vimeo.com/308776522

Embarquement immédiat

Tout au long de l’année 2019 nous allons parcourir trois pays mais surtout trois rivières. Nous vous proposons d’embarquer avec nous dans cette aventure où nous parlerons des effets du changement climatique sur la faune, la flore, et le débit des rivières.

En France, nous embarquerons sur le Doubs : rivière asséchée en novembre 2018 entre Arçon et Morteau, nous évoquerons les conséquences pour l’alimentation en eau potable et les solutions enviagées par les collectivités. 

Au Chili, nous naviguerons sur les magnifiques « Rio » de Patagonie, où nous découvrirons des vignes sur ces terres, implantées depuis peu, « grâce » au réchauffement climatique. Là, nous rencontrerons la population locale qui nous parlera des conséquences sur la faune, la flore et sur le développement économique de leur région. 

En Norvège, nous vous emmènerons à Voss, sur des rivières d’un bleu azur qui pourtant voient leur débit multiplié lors des fortes pluies de plus en plus courantes ces dernières années (conséquences du changement climatique?). La population s’intalle malgré tout au bord de ces cours d’eau et les crues impact directement les instratures des villes. Nous partirons à la rencontre de la population locale afin de mieux comprendre les aménagements mis en place et les perspectives pour l’avenir. 

L’aventure commence!

Et c’est parti pour l’aventure! Nous sommes heureux de commencer notre reportage par le Chili. 

Les sacs sont bouclés, les kayaks et les pagaies aussi, les caméras sont chargées et le drône est prêt! Nous sommes parés.

Pour nous suivre dans l’aventure tout se passera sur le site http://riviereslessentinelles.fr

Pour les « Instagrameurs » voici notre compte : @Rivièreslessentinelles

Pour les « Facebookeurs » nos pages athlètes relaieront quelques vidéos de kayak également : 

https://www.facebook.com/devillezmarlene/

https://www.facebook.com/Nicolas-Caussanel-527201424342810/

Rivières : Les sentinelles du réchauffement

Création d’un film documentaire : le réchauffement climatique vu depuis la rivière

Pour la saison 2019 nous avons choisi de montrer à quel point la chance d’être proche de la nature au quotidien nous met dans une situation privilégiée pour observer et « commenter » l’évolution de notre climat et ses effets.Plutôt que de se laisser porter au fil de l’eau lors de nos compétitions internationales, nous décidons « de remonter à contre-courant 

Nous voulons mettre en images les histoires de ceux qui vivent à proximité des cours d’eau, ceux qui œuvrent à leur préservation et bien sûr, ceux qui comme vous, veulent continuer de profiter de ce magnifique terrain de jeu.


Le constat

« Des sécheresses plus longues, des crues plus violentes. Le flux d’eau et ses cycles changent. C’est le constat que nous faisons tous les jours… Alors que se passe-t-il ? Les effets du réchauffement climatique ? Oui ça chauffe !

Les acteurs locaux recherchent en permanence des solutions pour s’adapter et réduire les effets du changement climatique sur l’eau, parlons-en ! Aidez-nous à mener à bien ce projet !

Embarquez avec nous dans cette aventure ! Venez découvrir ce que nous observons sur notre site internet à travers nos vidéos et nos reportages.


Qui sommes nous?

Kayakistes pour la vie, ensemble sur l’eau et en dehors, nous sommes tous deux animés par la même envie de partager notre passion.A travers notre pratique du kayak à très haut niveau nous sommes capables de vous emmener dans des lieux magiques et non accessibles au grand public !

Nicolas Caussanel (Midi-Pyrénnées) : C’est avant tout beaucoup d’heures passées sur la rivière, des médailles. « J’ai toujours une envie inchangée de me lever tous les matins pour pagayer ! »

Il connait bon nombre de rivières et de locaux aux quatre coins du monde. C’est le guide du voyage !Pour mieux le connaitre : https://www.facebook.com/Nicolas-Caussanel-527201424342810/

Marlène Devillez (Franc-Comtoise) : C’est 18 ans de kayak freestyle, 10 ans de haut niveau, d’aventures et de médailles ! « Je suis aussi une hydrogéologue passionnée ! »

Elle apportera un regard scientifique sur les rivières mais aussi artistique puisqu’elle dessinera à l’aquarelle lors de l’aventure !Pour mieux la connaitre : https://www.facebook.com/devillezmarlene/


Notre but ?

Voyager à travers l’Europe jusqu’à l’hémisphère sud et vous donner l’occasion de nous suivre pendant un an (à partir de janvier jusqu’à septembre 2019), d’observer avec nous la beauté et la majesté des lieux où nous pagayons. Nous constaterons également comment le réchauffement climatique impact ces écosystèmes fragiles.En France, en Nouvelle Zélande et en Norvège, nous vous présenterons les problématiques que nous rencontrerons, pour comprendre ensemble les effets du réchauffement et les solutions !


Comment ?

Parce qu’il y a encore des sceptiques à convaincre, nous vous montrerons l’évolution des rivières sur lesquelles nous pagayerons, en partant à la découverte de ce qu’elles furent il y a seulement 10 ans. Prêts pour un avant / après ? Nous vous emmènerons en caméra embarquée à l’assaut des cours d’eau !Au programme :

  • Sur l’eau :

Descente de rapides, de chutes d’eau : performances sportives au rendez-vous !

  • Sur la rive :

Rencontres avec des acteurs locaux pour comprendre les enjeux et surtout montrer que des solutions existent. A travers notre périple, nous dresserons un état des lieux de l’impact du réchauffement climatique. Etat des lieux que nous restituerons, au travers de notre documentaire « Rivières les sentinelles du réchauffement ».Le réchauffement climatique n’est pas une fatalité : partageons les actions positives et motivons les troupes! ​Merci de nous aider dans cette aventure pour notre planète et notre futur.

Suivez également le projet surFacebookInstagram

À quoi servira la collecte

La contribution de Kiss Kiss Bank Bank nous servira à financer une partie du projet dont le budget est réparti entre notre apport personnel, du financement privé, et des aides publiques. L’argent que nous aurons récolté grâce à la collecte Kiss Kiss Bank Bank nous permettra de financer :- Site internet : 1 000 €- Matériel vidéo : deux caméras Go Pro 860€, appareil photo 1000€, drône 700€, ordinateur portable performant pour monter les vidéos sur le terrain 900€ soit un total de 3560€ – Déplacements : 8 000 €- Matériel sportif : 2440€ L’ensemble, s’élève à 15 000 €.Si nous dépassons le budget nous pourrons faire intervenir ponctuellement une équipe de tournage professionnelle, et effectuer le montage avec l’aide d’équipes professionnelles. Ceci nous permettrait de diffuser le documentaire le plus largement possible (TV, festival de film d’aventure) et ainsi de sensibiliser le plus grand nombre de personnes possible.Si notre objectif est atteint nous percevrons l’intégralité de la collecte.