#4 Doubs – Une histoire d’eau

Le changement climatique amène de réels problèmes en Franche-Comté pour la ressource en eau destinée à la consommation humaine.

Rencontre avec M. Lime, Président de la régie du Grand Besançon Eau et assainissement : « Les périodes de sécheresses se sont d’écalées et ce n’est pas parce que l’on a passé l’été que les problèmes sont derrière nous. Ce n’est plus le cas aujourd’hui ».

M. Démoly, Directeur eau assainissement à l’agglomération de Besançon : « On discute avec nos voisins pour mettre en place des interconnexions de secours… et puis on travail aussi sur l’amélioration de la connaissance de nos ressources pour savoir comment elles fonctionnent! »

Une meilleure connaissance amène une meilleure protection et de l’anticipation pour les années à venir… Ceci fait partie des solutions envisagées par la communauté d’agglomération. Nous sommes également parti à la rencontre des habitants de Besançon pour recueillir leur témoignage et leur demander ce qu’ils font pour préserver l’eau.

La suite au prochain épisode 😉

L’eau est un patrimoine à part entière, protégeons là!

#2 Voss à la découverte de la Raundaselvi!

La préservation de nos rivières passe par la sensibilisation, alors pourquoi pas en kayak?

Nous vous avions présenté plus tôt cette année Voss : le paradis des kayakistes, pour ce deuxième épisode nous vous proposons de découvrir la Raundaselvi, son eau turquoise que l’on peut boire directement dans la rivière, son paysage grandiose et ses rapides magnifiques.

On est surement plus apte à faire attention à l’eau lorsque on a vécu des émotions fortes au sein d’une rivière que l’on a aimée.

Nous vous proposons d’embarquer avec Martine et Isabelle amoureuses de la nature, elles n’ont jamais fait de kayak de rivière. Nous les avons donc amenées avec nous au coeur de la Raundaselvi pour découvrir cette rivière magnifique mais tumultueuse!

Aventure garantie! A qui le tour?

Comment cette nature majestueuse, qui semble préservée de toute part, se trouve-t-elle impactée par le changement climatique? C’est ce que nous vous présenterons dans notre documentaire « Rivières les sentinelles du réchauffement ».

Des champions internationaux

Après plus d’un mois d’absence sur la toile nous voici de retour! Nous étions parti à l’assaut des compétitions internationales avec pour objectif une médaille internationale chacun.


Nicolas est parti aux championnats du monde de kayak extrême en Idaho (USA) du 13 au 15 juin . Une rivière puissante, où Nicolas s’est entraîné jours après jours pour apprivoiser le monstre!

Après des qualifications réussies il échoue finalement aux portes de la finale… Une contre performance, oui… Mais il en faut plus pour le décourager.

La suite se passe deux semaines après en Norvège à Voss. Nicolas s’élance pour les qualifications des championnats d’Europe et se classe premier!

En finale, il passe le premier rapide avec un coup de pagaie solide, la chute qui suit est parfaitement exécutée, les lignes sont fluides et rapides, le bateau glisse et le chrono à l’arrivée est sans appel… Nicolas passe devant l’Aurtichien Andi Brunner qui était en tête.

Nicolas est CHAMPION D’EUROPE 2019 de kayak extrême!

De gauche à droite : 2ème Andi Brunner, 1er Nicolas Caussanel, 3ème ex æquo : Jimmy Sutton, Jonas Le Morvan

C’est au tour de Marlène de s’élancer pour ces championnats du monde de kayak freestyle en Espagne à Sort du 1 au 7 juillet. Jours après jours elle réussi chaque étape de qualifications. Le samedi 6 juillet c’est le grand soir,  les spots sont allumés, la nuit tombe sur le rouleau, les spectateurs sont surexcités et la pression monte!

Photo : Peter Holcombe

Après un premier passage mitigé, Marlène se reprend et réalise un superbe deuxième run à 570 pts qui la propulse à la 1ère place. Mais c’était sans compter sur la ténacité de la Japonaise Hitomi Takaku qui réalise un run à 646 pts.

La polonaise Zofia Tula, l’allemande Anne Hübner et l’américaine Emily Jackson enchaînent les figures elles aussi mais cela ne suffit pas a détrôner Hitomi ou Marlène. Les Français hurlent dans les gradins, les fumigènes s’élèvent dans le ciel…

Photo : Peter Holcombe

Marlène est VICE CHAMPIONNE DU MONDE 2019 de kayak freestyle!

De gauche à droite : 2ème Marlène Devillez, 1ère Hitomi Takaku, 3ème Zofia Tula

#6 Le Chili ses rivières, ses habitants, ses vignobles.

Vous avez été nombreux à aimer les aquarelles sur le Chili, nous vous proposons la suite du carnet d’aquarelle de Marlène. 

Voici notre périple sur les rivières de Patagonie : Nous commençons par Pucón au Nord puis direction le rio Fuy (A) suivi de Hornopiren (B) bien au Sud. Là nous traversons en ferry pour rejoindre Caleta Gonzalo (C) et continuons notre voyage jusqu’à Futaleufu (D).

Marlène sur l’étroit et sauvage Rio Palguin à Pucón 
Nicolas sur l’une des nombreuses chutes du Rio Fuy vers Puerto Fuy
Nous embarquons, non pas sur ces bateaux « cloués » au Port de Hornopinen mais sur le ferry qui nous emmènera à Salta Gonsalo 
Après deux jours de route nous voici sur les rives du Rio Futaleufú…

Un endroit sauvage et paisible…

Nous embarquons dans une eau turquoise bordée par une nature grandiose…

Communication et conférences

Vous êtes plus d’une centaine à nous avoir rejoins lors de nos conférences du 8 et 9 mai à Belfort et Besançon et nous tenons à vous remercier!

Interview France Bleu lors de notre conférence à la maison de l’environnement du Malsaucy à Belfort – Marlène fait une démo en kayak freestyle pendant que Nicolas explique au public

 

Plus de 100 personnes ont répondu présente et nous vous proposons de vous citer quelque questions/réponses que nous avons eu lors de nos conférences :

Un spectateur : « Vous avez tous les deux un sacré palmarès! C’est combien d’heure d’entrainement? » Nicolas : C’est entre 20 et 30 heures d’entraînements chacun par semaine (muscu, kayak, footing etc…). 

Un spectateur : « Pourquoi faire ce documentaire? » Marlène : Nous pagayons depuis des années pour nos compétitions aux quatre coins du monde. Plutôt que de pagayer à titre personnel nous avons voulu communiquer sur ces rivières magnifiques qui changent… Nous voulons agir pour protéger notre eau à notre échelle! 

Nicolas et Marlène au lac du Malsaucy

Un spectateur : « Qu’avez vous remarqué comme effets du changement climatiques au Chili? » Nicolas : En Patagonie nous avons rencontré des vignerons qui implantent des cépages au bord du rio Puelo. Un endroit qui était pourtant froid autrefois mais qui aujourd’hui, du fait du changement climatique, semblent propice à la culture du vin! Nous avons également rencontrer la CONAF responsable de la protection des forêts qui observe des plantes en manque d’eau chronique. Chose qui n’existait pas 5 ans auparavant. 

Un journaliste : «  Donc le réchauffement climatique vous le voyez à travers les sécheresses des rivières comme le Doubs? » Marlène : Oui mais pas seulement! Nous voyons également des crues de plus en plus violentes sur de très courtes périodes lors de fortes pluies. Le changement climatique se traduit par des variations du niveau de l’eau dans les rivières de façon de plus en plus extrêmes malheureusement… 

Un spectateur : « On est encore trop peu nombreux à faire attention à l’eau potable! Moi je réduis ma consommation d’eau en prenant des douches plus courtes et mes enfants le font aussi! Mais je pense qu’il faudrait encore plus de communication lors des périodes de sécheresses… » Nicolas : Il y a de la communication avec les arrêter préfectoraux, les articles de presse, les panneaux en Mairie etc… mais c’est vrai qu’il serait bien de ne pas attendre une crise pour communiquer sur l’eau et les solutions pour consommer moins!

Un spectateur : « On est d’accord avec vous, sur la beauté des rivières, les solutions que vous proposez pour protéger l’eau… mais c’est dommage c’est les autres qu’il faut convaincre! » 

Marlène et Nicolas : C’est vrai… à nous tous de communiquer sans faire culpabiliser et moraliser. Le défi est lancé agissons ensemble, communiquons sur nos rivières et notre eau essentielle qui reste tellement fragile… 

Conférences

Après une conférence privée à Toulouse organisée avec la société HYDROGEOTECHNIQUE nous serons en Franche-Comté début mai à l’occasion de deux conférences tout public sur notre documentaire en cours de réalisation : «  Rivières les sentinelles du réchauffement ». 

Nicolas et Marlène au cinéma Wilson à Toulouse

Conférence à Belfort – 8 mai

📢💧Venez nous rejoindre le 8 mai à la Maison Départementale de l’environnement du Malsaucy à 15h 🌎💦 Après une démo de freestyle sur le lac, nous parlerons kayak, rivières, écologie et économie d’eau!

sauvonsleau #agissons #ensemble

Conférence à Besançon – 9 mai

😉Pour ceux qui ne sont pas disponible à Belfort 📢 Nous vous donnons rendez-vous à Besançon le jeudi 9 mai à 18h30 – Rue Mégevand (Salle Courbet) pour une conférence ➡️« Rivières, sentinelles du changement climatique » 💧. Une conférence dans le cadre du festival Grandes Heures Nature organisé par le Grand Besançon. Nous vous parlerons de notre reportage et des changements que nous constatons sur les rivières à bord de nos kayaks! 🌍

On vous attend nombreux!


On embarque ensemble!

Vous êtes nombreux à nous soutenir pour ce documentaire et nous tenions à vous faire embarquer avec nous dans l’aventure d’une manière ou d’une autre! 

Alors vous voilà tous sur nos kayaks => 150 personnes 😉

Prêts pour les rivières de France et de Norvège
Un grand merci à vous tous pour votre soutien!

#3 Doubs – Une histoire d’eau

Retour en France, sur la rivière du Doubs. La petite crue de la semaine dernière redonne un souffle à la rivière. De l’eau coule dans les veines sinueuses et karstiques de cette magnifique région calcaire. Et pourtant la pluie n’a pas duré… Nous vous proposons de découvrir ce reportage de France 3 tourné lors de la sécheresse de novembre 2018.

Une sécheresse jamais égalée depuis plus de 100 ans…  1906 année record et si 2018 était une année de prise de conscience et de changements pas seulement climatiques mais aussi humains? 

« Celui qui verra cette inscription pleurera… » : une inscription écrite il y a plus de 100 ans, visible à nouveau en 2018 dans le lit du Doubs… Cette sécheresse a laissé des traces dans la rivière et dans les esprits… Une situation choc qui nous fait prendre conscience de la fragilité de notre environnement et des ressources en eau nécessaires à la vie… à notre vie! 

«  La France puise 5,5 milliards de mètres cubes d’eau par an. Chaque habitant consomme en moyenne 148 litres d’eau par jour. L’eau reste un juteux marché mais qui coule de moins en moins de source. »

Article France 3 – blog : Sécheresse 2018 : « Et si le Doubs disparaissait ?Publié par Isabelle Brunnarius


Plus de 140 litres d’eau par jour et par personne ! Vous vous rendez-compte? C’est juste énorme !!! 

Des solutions, des stratégies pour trouver, préserver, économiser ou encore stocker l’eau ? Vous avez des idées ? Collectivités, particuliers, certains n’ont pas attendu pour réagir.

Nous sommes tous responsables et tous acteurs de cet enjeu capital pour l’avenir. Il est temps d’agir … 

#5 Le Chili ses rivières, ses habitants, ses vignobles.

Les incendies sont récurants dans cette région : « il y a au moins un incendie par an ici » nous raconte Coco notre voisin Chilien.

Des incendies impressionnants qui se propagent vite dans cette nature sauvage… Nous avons eu malheureusement l’occasion d’assister à l’un d’eux début février 2019. Un câble électrique qui prend feu, une bouteille en verre qui fait loupe, une cigarette… L’origine de cet incendie est encore inconnue… Mais il faisait chaud… le thermomètre affichait plus de 35 degrés depuis 1 semaine. Le bois et les herbes étaient plus que secs. Le vent a fait le reste! Un brasier s’est étendu autour de la ville et s’est propagé dans la vallée. Les flammes sont venues léchées la route… Les hélicoptères munis de citernes et les pompiers ont travaillé jour et nuit pour venir à bout des flammes. Il a fallu 6 jours pour l’éteindre…

Le feu progresse le long de la route direction Futaleufu

Cette fois-ci le feu a été maitrisé et n’a pas touché de points vitaux tels que la ville ou la route (une seule route pour alimenter la ville en nourriture et gasoil). Pourtant le feu, en plus de détruire la biodiversité, altère considérablement la qualité de l’eau.

Arranayes : l’Arrayan fait parti des arbres  perennifoliés de la famille des myrtacées. Il prend racine sur les terres du Chili et de l’Argentine dans les régions des lacs.  

Les eaux d’extinction correspondent à un rejet ponctuel et limité dans le temps. Mais tout incendie conduit à l’émission de nombreux composés très divers. Ces éléments toxiques se mélangent à l’eau d’extinction et peuvent circuler et s’infiltrer dans le sol pour rejoindre les nappes et les cours d’eau. 

Marlène Devillez hydrogéologue

Le contrôle des feux de forêt est donc un enjeux important dans cette région de la Patagonie. Un travail de surveillance et de sensibilisation est réalisé par la Corporacion Nacional Forestal (CONAF).

Voici le témoignage du responsable technique de la CONAF de Futaleufú :

« Le dernier incendie très important et tragique date d’il y a cinquante ans. Ces incendies sont souvent dus à la main de l’homme : c’est une pratique ancienne et traditionnelle pour agrandir les surfaces cultivables. Ils sont normalement contrôlés. Mais la sécheresse les aggrave…  

La forêt prêt de Futaleufu

La population vient nous signaler des forêts très sèches. Ils sont inquiets des conséquences du changement climatique. C’est vrai que l’on voit beaucoup plus de plantes en stress hydrique qu’avant… Des petits ruisseaux autrefois en eau sont maintenant secs dans certains secteurs. On constate ponctuellement, dans nos forêts, des arbres qui sont en train de mourir à cause du manque d’eau. Ce sont les effets directs du changement climatique que nous constatons sur le terrain!

Le rio Futaleufu

Ici à Futaleufú on a malgré tout beaucoup d’eau grâce aux lacs et aux rivières. Nous avons des réserves naturelles mais c’est évident que dans quelques années avec le changement climatique il faudra réfléchir à une stratégie pour préserver l’eau. Des restrictions devront être mises en place… ».  

#4 Le Chili ses rivières, ses habitants, ses vignobles.

40 min à pied pour parvenir à la source qui alimente notre petite cabane au Chili! Une vrai mission sportive pour aller réparer l’arrivée d’eau potable à la source en passant par la forêt! 

Si tous le monde devait marcher au réservoir de sa ville pour ouvrir le robinet à chaque fois que sa citerne personnelle se vide, alors nous ferions sans doute plus attention à la quantité d’eau que nous utilisons! 

C’est peut-être une façon de sensibiliser! En tous cas voilà la vidéo de notre périple!

A méditer 🤗