#5 Le Chili ses rivières, ses habitants, ses vignobles.

Les incendies sont récurants dans cette région : « il y a au moins un incendie par an ici » nous raconte Coco notre voisin Chilien.

Des incendies impressionnants qui se propagent vite dans cette nature sauvage… Nous avons eu malheureusement l’occasion d’assister à l’un d’eux début février 2019. Un câble électrique qui prend feu, une bouteille en verre qui fait loupe, une cigarette… L’origine de cet incendie est encore inconnue… Mais il faisait chaud… le thermomètre affichait plus de 35 degrés depuis 1 semaine. Le bois et les herbes étaient plus que secs. Le vent a fait le reste! Un brasier s’est étendu autour de la ville et s’est propagé dans la vallée. Les flammes sont venues léchées la route… Les hélicoptères munis de citernes et les pompiers ont travaillé jour et nuit pour venir à bout des flammes. Il a fallu 6 jours pour l’éteindre…

Le feu progresse le long de la route direction Futaleufu

Cette fois-ci le feu a été maitrisé et n’a pas touché de points vitaux tels que la ville ou la route (une seule route pour alimenter la ville en nourriture et gasoil). Pourtant le feu, en plus de détruire la biodiversité, altère considérablement la qualité de l’eau.

Arranayes : l’Arrayan fait parti des arbres  perennifoliés de la famille des myrtacées. Il prend racine sur les terres du Chili et de l’Argentine dans les régions des lacs.  

Les eaux d’extinction correspondent à un rejet ponctuel et limité dans le temps. Mais tout incendie conduit à l’émission de nombreux composés très divers. Ces éléments toxiques se mélangent à l’eau d’extinction et peuvent circuler et s’infiltrer dans le sol pour rejoindre les nappes et les cours d’eau. 

Marlène Devillez hydrogéologue

Le contrôle des feux de forêt est donc un enjeux important dans cette région de la Patagonie. Un travail de surveillance et de sensibilisation est réalisé par la Corporacion Nacional Forestal (CONAF).

Voici le témoignage du responsable technique de la CONAF de Futaleufú :

« Le dernier incendie très important et tragique date d’il y a cinquante ans. Ces incendies sont souvent dus à la main de l’homme : c’est une pratique ancienne et traditionnelle pour agrandir les surfaces cultivables. Ils sont normalement contrôlés. Mais la sécheresse les aggrave…  

La forêt prêt de Futaleufu

La population vient nous signaler des forêts très sèches. Ils sont inquiets des conséquences du changement climatique. C’est vrai que l’on voit beaucoup plus de plantes en stress hydrique qu’avant… Des petits ruisseaux autrefois en eau sont maintenant secs dans certains secteurs. On constate ponctuellement, dans nos forêts, des arbres qui sont en train de mourir à cause du manque d’eau. Ce sont les effets directs du changement climatique que nous constatons sur le terrain!

Le rio Futaleufu

Ici à Futaleufú on a malgré tout beaucoup d’eau grâce aux lacs et aux rivières. Nous avons des réserves naturelles mais c’est évident que dans quelques années avec le changement climatique il faudra réfléchir à une stratégie pour préserver l’eau. Des restrictions devront être mises en place… ».  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>